17 December 2017

La vie est trop courte pour rouler dans une voiture fade
dsc_3056b

Pas facile de se faire un nom quand on est un petit constructeur de voiture de sport en fibre de verre ! Il est vrai que la meilleure ingénierie du monde ne fera jamais autant pour vos affaires qu’un nom auréolé de prestige ou qu’un placement-produit inspiré.

22277448658_86b847668a_k

Je ne connais guère de meilleur attrape-touriste que la De Lorean DMC-12. Dès qu’un exemplaire pointe le bout de son nez étincelant quelque part, les bras se tendent, appareil photo au poing, et les répliques du film Retour vers le futur fusent. Et pourtant, les qualités intrinsèques de la voiture sont inversement proportionnelles à son poids médiatique. Malgré le  châssis-poutre d’origine Lotus et le design iconique signé Giugiaro, l’auto de fibre de verre plaquée d’inox a souffert d’une mise au point bâclée et de performances décevantes pour son prix. Le triomphe au cinéma ne la sauvera pas. Lorsque Retour vers le futur sort en salle, en 1985, cela fait presque trois ans que la De Lorean Motor Company a fait faillite. Gageons que dans un futur parallèle, Doc a dû remédier à ce décalage temporel.

dsc_5009-2

Assez proche de la De Lorean de par son châssis-poutre et son style cunéiforme également dû à Giugiaro, la Lotus Esprit n’a pas manqué son rendez-vous avec le succès, tout du moins pour un modèle semi-artisanal. Elle n’est à vrai dire pas parti de rien. Monsieur Lotus, Colin Chapman, avait déjà connu la gloire sur les circuits et n’était pas seulement doué pour la course. Lancée en 1975, l’Esprit devient dès l’année suivante la voiture de James Bond, alias Roger Moore, dans l’Espion qui m’aimait. On l’y voit se transformer en sous-marin de poche après une course-poursuite avec l’hélicoptère que pilote la James Bond girl. Le modèle réduit par Corgi a marqué toute une génération tout comme la vraie voiture qui restera près de trente ans en production. De quoi lui permettre d’avoir encore le beau rôle dans Pretty Woman et Basic Instinct, en 1990.

dsc_5007-2

C’est que, contrairement à la De Lorean, la Lotus Esprit n’avait pas oublié d’être une redoutable GT de route. Le ramage était à la hauteur du plumage malgré le manque de noblesse du moteur, initialement limité à quatre cylindres, et qui ne sera rejoint par un V8-maison qu’en 1996 ! Alors forcément, lorsqu’une Esprit, V8 de surcroît, croise votre route, vous cessez toute activité et vous vous saisissez du premier appareil photo venu. Ceci dit, sans la caution morale de Colin Chapman, le coup de crayon nerveux de Giugiaro (adouci par le britannique Peter Stevens en 1987), l’assurance décontractée de 007 et les jambes de Sharon Stone ou de Julia Roberts, quel destin aurait connu l’Esprit ?

dsc_4207

Celui, complètement effacé, d’une Renault Alpine GTA ! L’Alpine partage pourtant nombre de points communs avec les deux premières. Comme la DMC-12, elle dispose d’un V6 PRV (ici bien plus alerte grâce au turbo que De Lorean n’a pas eu le temps de proposer à ses clients) monté en position centrale arrière. Son châssis-poutre est recouvert d’une carrosserie en fibre de verre, comme la Lotus Esprit. Elle vient cependant de France, ce drôle de pays où l’on ne sait pas se vendre et où l’auto-flagellation est devenu un sport national. Je crois que la presse britannique a mieux traité la GTA que son homologue française, un peu trop préoccupée par la génèse compliquée du V6 et le design intérieur raté (mais que je vais finir par trouver sympathique) que par les qualités réelles de la voiture : Cx et SCx record, vitesse exceptionnelle pour l’époque, compétitivité tarifaire…

dsc_4203b

L’intérêt à géométrie variable de Renault pour sa filiale sportive n’a pas non plus aidé l’Alpine. Côté placement-produit, on compte certes une apparition de la GTA dans Des jours et des lunes (1990), de Claude Lelouch, un film au demeurant bien trop ch… pour entrer dans la culture populaire. James Bond a certes “utilisé” une Renault, mais manque de bol, c’était une 11, dans Dangereusement Vôtre. En 1991, l’A610 Turbo (en fait une GTA profondément restylée) prend le relais de son aînée mais ne connaîtra strictement aucun succès. Les britanniques, qui ont toujours le nez creux en matière de sportives, lui témoigneront cependant une certaine estime de même qu’à l’autre GT plastique française, la Venturi.

DSC_3905

La Venturi, cela aurait pu être une très belle histoire de débrouillards partis de presque rien comme les Américains en raffolent. Au début des années 1980, deux anciens de chez Heuliez, un ingénieur (Claude Poiraud), et un designer (Gérard Godfroy, qui a déjà dessiné l’Alpine GTA, le monde est petit) décident de créer leur propre GT. Avec un budget dérisoire, un V6 PRV et des accessoires de basse extraction, mais avec de précieuses relations et talents, un châssis affuté et des trains roulants aux petits oignons, la maquette de salon initiale se transforme en rivale crédible de la Porsche 911. Sans le généreux mécénat de Hervé Boulan et les moyens techniques de Jean Rondeau, l’aventure aurait certes cessé dès la fin du salon de Paris 1984, mais ce n’est pas le cas et en 1987, la production de la première Venturi débute.

DSC_3910

On se souvient que la caution de Ringo Star ou de Stirling Moss a contribué au prestige et à la légende de Facel Vega, la dernière marque de luxe française a avoir brillé à l’international. La Venturi, elle, restera pratiquement inconnue du monde anglo-saxon. Malgré tout, la presse française se montre étonnamment bienveillante. Le célèbre annuel de L’Auto-journal considère Venturi comme le quatrième constructeur français et non comme un petit artisan de plus. L’élitiste Automobiles Classiques lui consacre même sa une, en 1984, et couvrira fidèlement toutes les évolutions à venir. Quel dommage que le reste de l’histoire ne soit qu’une succession d’errements stratégiques, de changements de PDG et de dépôts de bilan !

Qui se souvient aujourd’hui de la Venturi, même pour faire du French bashing ?

Laurent Berreterot

SUR LE VIF

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Catégories